La progression et les grades

Même si l’objectif premier de tout pratiquant ne devrait pas de passer des grades le plus vite possible, cela reste des moments importants et un point d’évaluation du niveau atteint.

Les différents niveaux de ceinture de karaté représentent aussi bien une valeur technique, physique et morale sur sa pratique. Chacun de ces niveaux symbolise une progression dans l’évolution du karatéka, ce qui lui permet de se situer par rapport à sa maîtrise et compréhension de cet art martial.

Dans le style Shotokan Ohshima, nous avons gardé la représentation et graduation traditionnelles pour les adultes :

9e kyuCeinture blanche
8e kyuCeinture blanche
7e kyuCeinture blanche
6e kyuCeinture blanche
5e kyuCeinture blanche
4e kyuCeinture blanche
3e kyuCeinture marron
2e kyuCeinture marron
1e kyuCeinture marron
1e dan et au-delà
Ceinture noire

Pour les enfants, nous avons décidé de suivre une progression avec des couleurs de ceinture.

Ceinture blanche

La ceinture blanche est le premier pas et peut-être le plus difficile à faire puisque c’est à ce stade-ci qu’il faut prendre la décision de s’inscrire dans un club de karaté… En général celui à coté de chez soi !

Il est normal pour le débutant qui s’inscrit de ressentir une crainte car il a l’impression de pénétrer dans un monde inconnu et mystérieux. Cela est probablement dû au fait qu’il ne connaît du karaté que quelques notions vagues provenant soit de films ou de témoignages plus ou moins fantaisistes.

C’est pourtant avec une certaine appréhension qu’il nouera sa ceinture blanche autour de sa taille lors de son premier cours.

Cette première étape est celle pendant laquelle le karatéka débutant apprendra les différentes techniques de base, ce sera son premier apprentissage. Cette période est souvent nouvelle et parfois douloureuse pour le corps puisque dans la majorité des cas, le débutant se présente en plus ou moins bonne condition physique, surtout chez les adultes. Il lui faudra alors faire des efforts soutenus pour remettre en bonne marche son corps. C’est ainsi que chacun de ses efforts finira par lui apporter une satisfaction morale et physique tout en le rapprochant vers l’atteinte de son premier objectif en karaté.

C’est durant cette période que certains trouveront la motivation de continuer et d’aller plus loin tandis que d’autres abandonneront purement et simplement. Il est toutefois recommandé d’aller au moins à la fin de la première saison pour avoir le temps d’entrevoir ce qu’est la philosophie du karaté et l’effet bénéfique qui en découle.

Ceinture blanche – 8e kyu

L’obtention de ce grade vient couronner les premiers efforts. C’est le premier examen, le premier passage de grade. Ce premier test n’est pas facile, car l’élève se sent jugé par son instructeur et les autres pratiquants. Il sort cependant grandi de cette “épreuve” et il a déjà un résultat concret après seulement quelques mois d’apprentissage. C’est sa première victoire sur lui-même, car se vaincre soi-même est le premier but du karaté. Cet accomplissement lui permet déjà de mieux se connaître, tant au niveau moral que physique.

C’est à partir de ce moment que l’élève a vraiment l’impression de commencer à faire du karaté. L’enseignement qu’il reçoit est plus intéressant puisque les techniques qu’il apprend sont plus avancées et plus dynamiques.

Ceinture blanche– 7e kyu et suivants

L’examen pour son obtention ne semble pas, à priori, aussi important que le précédent, c’est en effet la deuxième fois que le karatéka passe un examen, c’est moins impressionnant. C’est pourtant à partir de ce moment que le karatéka se départit progressivement de son étiquette de débutant. Effectivement, durant cette étape, il devient de plus en plus conscient de ses capacités, il comprend mieux les techniques et par le fait, il exécute avec une plus grande facilité.

Au fur et à mesure de la progression, les réflexes sont plus aiguisés et les mouvements plus coordonnés. Enfin, dans le combat, on commence à se fier à son instinct.

Au karaté, chacune des ceintures a son importance, mais il y en a trois qui se distinguent comme primordiales :

  • La première, la blanche peut être comparée aux fondations d’une maison
  • la deuxième, la marron, représente les murs de cette maison
  • la troisième, la noire, est le toit (ou en tout cas le bord du toit…)

Malheureusement, il existe toujours un risque, c’est celui de l’abandon. La pratiquant progresse dans les différents kyus et a acquis une certaine maîtrise du karaté (ou au moins une impression de maîtrise), il connait un large éventail de techniques qu’il exécute avec efficacité et qui lui deviennent progressivement instinctives. Il commence à se sentir à l’aise. C’est à ce moment que plusieurs croient qu’ils possèdent un bagage technique et spirituel satisfaisant, voir suffisant.

S’ensuit alors une période de stagnation durant laquelle l’élève se sent plus ou moins motivé. Il ne voit plus sa progression aussi facilement qu’il pouvait la constater au cours des étapes précédentes, surtout s’il pratique le karaté seulement deux fois par semaine. Pour beaucoup, c’est l’abandon. Il faut toutefois ajouter que celui qui abandonne à ce stade-ci s’était peut-être inconsciemment fixé comme objectif de simplement améliorer sa forme physique et d’aller chercher un bon bagage d’auto-défense, il l’a donc atteint. Il lui manque alors cette étincelle, cette motivation physique et morale, qui lui permettrait de se rendre à la prochaine étape avec entrain et énergie, soit de poursuivre sa marche vers le sommet.

En fait, cette étincelle qui allume ceux qui poursuivent peut se résumer en deux mots : temps et persistance.

Ceinture marron – 3e kyu à 1e kyu

Cette période est sûrement la plus motivante pour le karatéka, mais elle est cependant aussi la plus longue (au moins 18 mois). Le karatéka ceinture marron commence à posséder un bon bagage technique, il connaît bien la philosophie inhérente au karaté et celle propre à son style, il est donc en mesure de bien sentir son karaté. Il s’approche de l’étape qui lui permettra de couronner tant d’années d’efforts. Cependant, combien parmi ceux qui se rendent à ce point ont réalisé ou réaliseront que l’obtention de la ceinture noire ne doit pas être considérée comme une étape finale, mais comme un nouveau début.

Il s’agit donc pour le karatéka d’une période de réflexion, d’attente, de rétrospective et de fin polissage. Cet ensemble doit être accompagné d’un effort constant et poussé à fond, il ne doit pas craindre l’épuisement. Le stage spécial lui est directement destiné afin de se faire face, de faire face aux autres et de se pousser dans ses retranchements.

Ceinture noire

Obtenir sa ceinture noire peut représenter pour certain une immense victoire, mais c’est en fait uniquement le début de sa progression réelle ! La ceinture noire 1e dan est en effet le 1er niveau de la graduation dans l’art martial. L’élève a les bases techniques pour commencer à étudier réellement le karaté.

Une chose est certaine, c’est qu’on ne peut pas atteindre ce but sans s’être entraîné pendant au moins 5 à 6 ans (à deux fois par semaine au minimum).
Cela veut aussi dire que l’on a laissé derrière soi au moins quelques périodes de découragements et de frustrations !

Bon entrainement !

Partager cet article